Bill Shankly et LED ZEPPELIN : L’apogée du football britannique de clubs en Europe sur fond de déclin industriel et d’âge d’or du rock 1967-1984.

Antonio Camacho (See all)


Fiche info du livre

 

Bill Shankly et LED ZEPPELIN : L’apogée du football britannique de clubs en Europe sur fond de déclin industriel et d’âge d’or du rock 1967-1984.

Antonio Camacho

979-1032604250 – 29 mars 2018 – EUR 22,90

Les Editions Sydney Laurent

 

Extrait :

Au cours de la période 1967-1984 la Grande-Bretagne présente un visage très contrasté. Sur le plan diplomatique l’Angleterre, avec la perte de l’empire colonial, est devenue une puissance de second rang. Dans le domaine économique l’Angleterre berceau de la première révolution industrielle est irrémédiablement dépassée par les USA, le Japon, l’Allemagne de l’Ouest, la France du général De Gaulle dans les années 1960, l’Italie dans les années 1980. Arrivée au pouvoir en 1979, Margaret Thatcher va imposer les dogmes ultralibéraux de Friedrich Von Hayek et Milton Friedman à l’économie britannique qui provoqueront la désindustrialisation de l’Angleterre, l’affaiblissement de la classe ouvrière et des syndicats, la financiarisation de l’économie anglaise. A l’opposé la culture populaire britannique n’a jamais été aussi dynamique notamment dans le domaine de la musique. C’est l’époque des Beatles, des Rolling Stones, mais également de Pink Floyd, des Who, Queen, Led Zeppelin, Deep Purple, Black Sabbath, les Sex Pistols, The Police, U2, Whitesnake, Iron Maiden, Def Leppard. Concernant le football la domination des clubs anglais atteint son apogée au cours de cette période. En effet entre 1968 et 1976 les clubs anglais remportent 7 coupes de l’UEFA sur 9 possibles. Entre 1977 et 1984 l’Angleterre conquiert 7 coupes des champions sur 8 disputées. Ces performances sont d’autant plus remarquables que contrairement à aujourd’hui où les clubs anglais sont les plus riches du monde, à l’époque l’économie du football anglais était plus pauvre que ses concurrentes italienne, espagnole ou allemande, le tout sur fond de hooliganisme qui atteint son paroxysme lors de la finale de la coupe d’Europe des clubs champions le mercredi 29 mai 1985 au stade du Heyzel à Bruxelles. Entre riffs sauvages de Jimmy Page, Ritchie Blackmore, Tony Iommi, Pete Townshend et Bryan May, bastons aux abords des stades anglais type Chadwell et buts à la pelle de Kevin Keegan, Ian Rush, Kenny Dalglish, Billy Bremmer, Trevor Francis, Denis Law, George Best, Bobby Charlton, le septième ouvrage de Victor Martins est un témoignage nostalgique de l’âge d’or de la culture pop britannique dans le domaine du football et du rock’n’roll.

Intéressé par ce livre ?

Voici le lien Amazon pour le commander et soutenir ce site

Laisser un commentaire