Football Féminin : les Coupes du monde officieuses [CRITIQUE]

Thibault Rabeux (See all)

Football Féminin : les Coupes du Monde Officieuses Couverture du livre Football Féminin : les Coupes du Monde Officieuses
Thibault Rabeux
Indépendant
31 Mai 2019
102

Saviez-vous qu'une gamine de 15 ans avait inscrit un triplé en finale d'une Coupe du monde devant 110 000 personnes à Mexico ? Aviez-vous déjà entendu parler du sacre mondial des filles du Stade de Reims en 1978 à Taïwan ? Bien avant la première Coupe du monde féminine officielle organisée par la FIFA en 1991, de nombreux tournois officieux ont germé aux quatre coins de la planète que ce soit au Mexique, en Italie, au Japon ou encore en Chine.Organisés tantôt par des hommes d'affaires vénaux, tantôt par des femmes engagées dans la cause féministe, les tournois « pirates » disputés entre les années soixante-dix et quatre-vingt ont joué un rôle crucial dans le développement du football féminin. Sans ces compétitions, les femmes n'auraient certainement jamais disputé de Coupe du monde officiellement reconnue par la FIFA au XXe siècle.Outre la pression mise sur la Fédération internationale, les Coupes du monde féminines officieuses ont eu le mérite d'écrire quelques-unes des plus belles pages de l'histoire du foot féminin. Belles, mais méconnues.A travers le livre « Football féminin : les Coupes du monde officieuses », vous revivrez le parcours des premières équipes féminines championnes du monde ainsi que le long processus ayant mené à la reconnaissance officielle de la discipline. A la lecture de l'ouvrage, vous découvrirez des histoires inédites mêlant politique, exploits sportifs et anecdotes incroyables que l'on aurait peine à imaginer de nos jours. Revivez les tournois et matches fondateurs des années soixante-dix et quatre-vingt à travers des témoignages exclusifs des joueuses de l'époque. Des pionnières du ballon rond au féminin ayant évolué sous le maillot de l'équipe de France, du Canada, de l'Italie ou encore de la Belgique.Si le foot français peut accueillir la Coupe du monde féminine en 2019, il le doit en grande partie aux nombreux combats menés par des hommes et surtout par des femmes à l'aube des années quatre-vingt-dix. Combats que vous aurez le plaisir de découvrir à la lecture du livre « Football féminin : les Coupes du monde officieuses ». Un ouvrage dédié aux passionnées de l'histoire du sport.

 

Introduction

En pleine Coupe du monde en France, un livre sur le football féminin n’est pas très original. Ce n’est pourtant pas tout à fait de cela dont il est question ici, mais de sa genèse, et pourquoi, plus de 60 ans après les hommes, et après un parcours du combattant, le football féminin à SA coupe du monde.

« Malgré leur outrageuse domination sur la scène nationale et internationale, aucune joueuse ou membre du staff du Sting SC ne fait partie de la première équipe nationale américaine crée officiellement en août 1985. C’est pourtant bien ce groupe qui pendant des années fut […] le porte-drapeau des États-Unis à travers le monde. »

Ne cherchez pas à en savoir plus sur les origines du football féminin : ce n’est pas le sujet. En revanche, Thibault Rabeux revient, dans cet ouvrage auto-édité, il est de bon ton de le signaler, sur ces coupes du monde officieuses, c’est-à-dire non-organisées par la FIFA, disputées durant les années soixante-dix et quatre-vingt. L’auteur évoque plus particulièrement six d’entre elles, qui font donc l’objet de chapitres spécifiques. En somme, il raconte comment la Coupe du monde féminine a pu voir le jour en 1991.

Et autant vous dire que ce ne fût pas de tout repos ! Si le football féminin avait connu son heure de gloire dans les années 20 – on pensera bien sûr ici aux Dick-Kerr’s Ladies, cette équipe de Preston -, la pratique s’est bien vite vue interdite par les dirigeants masculins des différentes organisations nationales et internationales. Si bien qu’à la fin des années 60, nombreux sont les hommes qui se posent la question de « la capacité des femmes à pouvoir s’adonner au football ». Par exemple, lorsque la section féminine du Stade de Reims voit le jour en 1968, c’est avant tout pour servir d’exhibition lors d’une kermesse.

L’auteur évoque un premier mondial qui a eu lieu en Italie en 1970, bien qu’il ne le décrive que sommairement. Il s’intéresse plus particulièrement à l’année suivante, dont l’action se déroule au Mexique. C’est là qu’une gamine de 15 ans va entrer dans l’histoire en inscrivant un triplé, devant près de 110 000 spectateurs ! Et pourtant, elle faillit rater cette coupe du monde, ses parents l’ayant autorisé à rater un mois de cours peu de temps avant le départ de l’avion pour le Mexique.

Si l’Italie a par la suite pris les devant, par l’intermédiaire d’entreprises qui voyaient d’un bon œil la publicité que pouvait rapporter l’organisation d’une Coupe du Monde, force est de constater que c’est la Chine qui a certainement fait avancer les choses. Les tournois des années 80, dont la popularité est avérée si l’on en croit les témoignages et anecdotes décrits dans ce livre, ont certainement contribué à la création de la Coupe du monde en 1991.

Le livre recèle quelques histoires abracadabrantesques : le voyage des américaines pour un mondial en Chine, une journée cauchemardesque en bus pour les joueuses argentine, une première coupe du monde pour une équipe de France… Loin de nous l’idée de copier le livre de bout en bout, même si l’on aimerait bien.

Chapitres

  • Histoire de la Coppa del Mundo ou Mundial
  • Mundial 1971
  • Histoire du Women’s Football Invitational Tournament
  • World Women’s Football Invitational Tournament 1978
  • Histoire du Mundialito
  • Mundialito 1984
  • Histoire des Tournois de la République populaire de Chine
  • Xi’an Women’s Tournament
  • Histoire de L’International Women’s Football Tournament
  • L’International Women’s Football Tournament
  • Album Photo

Avis de la rédaction

Une bonne surprise.

C’est comme cela que nous pourrions qualifier le travail de l’auteur, Thibault Rabeux. Tout d’abord, il existe peu de livres sur le football féminin en France. Mais celui-ci il traite d’un sujet plus qu’original ! Et c’est en cela que ce livre est bon, même très bon : on apprend énormément de choses. S’y côtoient l’histoire, des témoignages, des résumés de rencontres, mais également des images d’archives ! On pourra ainsi admirer certaines affiches officielles des ces coupes officieuses – plus ou moins sexiste, plus ou moins… particulières.

Une personne attentive à la lecture de l’ouvrage s’émerveillera devant le nombre incroyable d’anecdotes retrouvées par l’auteur. Les témoignages sont nombreux, et les récits des joueuses viennent agréablement compléter les passages qui auraient pu traîner en longueur – on pense ici aux résumés des rencontres. Les résultats des matchs sont récapitulés en fin de chapitre, ce qui peut clarifier certains paragraphes explicatifs un peu trop brouillons. Mais il s’agit ici d’un détail.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, l’auteur n’a pas oublié de glisser une petite bibliographie en fin d’ouvrage – bien qu’il soit tout de même dommage que celle-ci ne soit pas triée.

En somme : n’hésitez pas. Quelques heures de lecture à un tarif raisonnable, profitez-en.

 

 

Chercher:


Titre:

Auteur:


Football féminin : les Coupes du monde officieuses

4€99
8.3

Intérêt football

10.0/10

Style

6.0/10

Accessibilité

9.0/10

Laisser un commentaire