Menu Fermer

Ne plus jamais marcher seuls [CRITIQUE]

Votre avis sur ce livre ?
Ne plus jamais marcher seuls Couverture du livre Ne plus jamais marcher seuls
Laurent Seyer
Roman
Éditions Finitude
18 June 2020
199

Elle s’appelle Naomi Strauss, elle est parisienne, un peu bobo, journaliste dans un hebdo « plutôt de gauche ». Lui, c’est Nick Doyles, chauffeur de taxi à Liverpool, évidem­ment supporter de foot et ouvertement pro-Brexit. Quand la première est envoyée pour interviewer le second, ça ne peut faire que des étincelles. Entre incompréhensions et préjugés, la rencontre est houleuse et le « vivre ensemble » prôné par la journaliste ne semble pas aller de soi.
Il ne faudra rien de moins qu’un acte héroïque improbable, un incident diplomatique impliquant la Reine et un chant repris en chœur par tout un stade, pour qu’ils éprouvent l’un envers l’autre un début de tolérance, voire de complicité.

Critique

Ne plus jamais marcher seuls est un roman de Laurent Seyer. Il raconte l’histoire de la jeune journaliste Naomi Strauss, qui travaille chez La Voix. Par un concours de circonstances, elle se retrouve à interviewer Nick Doyles, un chauffeur de taxi et supporter du Liverpool FC, pour un article sur le Brexit. Deux mondes s’opposent alors : celui de Naomi, favorable à ce que le Royaume-Uni reste dans l’UE, et celui de Nick, pro-Brexit.

On voyage donc entre Paris et Liverpool. L’auteur nous fait passer d’un personnage à l’autre assez naturellement. Grâce à cette multiplicité de point de vue, Laurent Seyer évoque les convictions politiques des deux camps. Ainsi, Nick Doyles est farouchement opposé à Naomi Strauss, car la ville de Liverpool a profondément souffert de l’ouverture à l’UE – pour ceux qui veulent plus de détails à ce sujet, on vous recommande cet article de nos amis de God Save the Foot, Les huées de la discorde. L’auteur n’oublie évidemment pas de citer la tragédie d’Hillsborough et rend hommage à sa manière aux victimes. Naomi Strauss, quant à elle, est favorable à l’inclusion. Elle n’y connaît pas grand-chose au football et va donc jouer le rôle de présentatrice pour les néophytes : c’est par son point de vue que l’on entre dans l’histoire ; ses questions sont celles que le lecteur pourrait se poser et ses réflexions sont celles qu’une personne éloignée du monde du football pourrait avoir.

Ici, l’auteur, par le prisme de la fiction, nous offre une véritable plongée au cœur du débat politique et historique du Royaume-Uni.

 

Notre avis :

Commençons tout de suite par le gros point négatif du livre : c’est extrêmement caricatural. Munissez-vous d’une grille de bingo, vous verrez que celle-ci sera rapidement remplie. De fait, on n’est pas vraiment surpris par les quelques rebondissements – bien que le twist central change un peu la direction que semblait prendre l’histoire.

Justement, parlons de l’histoire. Celle-ci nous emporte facilement, bien aidée par la plume de l’auteur. Car oui, l’auteur écrit bien, très bien même. Les chapitres sont courts, Laurent Seyer ne perd donc pas de temps en digression ou en description inutile – c’est sûrement pour cette raison que les personnages sont caricaturaux. On est sur ce que l’on appelle communément un page turner : on a envie de tourner la page, et la lecture avance donc vite. Cependant, on est parfois plus proche de la présentation politique que de la fiction. De plus, ceux qui n’aiment pas le foot pourront s’y retrouver, car celui-ci n’est pas omniprésent dans l’ouvrage.

Qu’on se le dise : ce n’est pas un roman qui restera dans les mémoires. Rien ne le fait sortir du lot et ce n’est pas une lecture qui marque le lecteur, mais c’est un bon roman. On passe un bon moment en le lisant. Il manque néanmoins cette petite chose qui le ferait basculer dans la catégorie supérieure.

Ne plus jamais marcher seuls

17€00
6.7

Intérêt football

6.0/10

Style

6.0/10

Accessibilité

8.0/10

Auteur

Nous sommes là pour remplir votre bibliothèque. Déjà plus de 3000 références en langue française.

Par le même éditeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *