Supporter, un an d’immersion dans les stades de football français [CRITIQUE]

Frédéric Scarbonchi (See all)

Christophe-Cécil Garnier (See all)

Supporter - un an d'immersion Couverture du livre Supporter - un an d'immersion
Frédéric Scarbonchi, Christophe-Cécil Garnier,
Amphora
12 Fevrier 2019
253

Le supporter est souvent victime de l'image qu'on lui colle : violent, grossier, primaire... Ces clichés ont la vie dure. Il est grand temps de faire le point sur ce que signifie d'être supporter et ce que cela implique vraiment pour ceux qui en sont fiers. Qu'est-ce qu'être supporter de football aujourd'hui ? Qui sont les ultras ? Comment a évolué le mouvement depuis sa naissance dans les années 80 ? Les tribunes sont-elles gangrenées par la violence ? Les réseaux sociaux ont-ils changé la façon de supporter ?

CRITIQUE

Si la dynamique actuelle est indéniablement à une étude plus approfondie des dynamiques de supportérisme en même temps qu’à la défense et à la valorisation des actions ainsi que de l’apport des Ultras notamment au monde du football, les livres traitant du sujet demeurent assez rares. Quelques mois après celui de La Grinta centré sur les mouvements Ultras de France, Frédéric Scarbonchi et Christophe-Cécil Garnier – les papas de Suppsparterre que l’on peut retrouver sur Twitter notamment – nous livrent un nouvel ouvrage sur la question des supporters de leur façon de vivre leur passion. Alors que le tribunal administratif de Paris vient de condamner la commission de discipline et son président pour avoir abusivement prononcé des fermetures à huis-clos de certaines tribunes, on constate qu’il est important de pouvoir s’appuyer sur un corpus théorique pour développer ses idées et défendre les libertés individuelles bafouées des supporters. Suppsparterre n’est pas inconnu au bataillon puisque ses deux auteurs ont régulièrement chroniqué leur tour de France des tribunes sur le site des Cahiers du Foot. L’on pouvait donc légitimement craindre que leur livre Supporter, un an d’immersion dans les stades de football français ne finisse par n’être qu’une sorte de réchauffé à peine mis à jour de leurs chroniques. Que le lecteur soit rassuré, il n’en est rien et il s’agit bien plus d’un livre de réflexion sur le supportérisme permettant d’apporter sa pierre à l’édifice de la sociologie de ce domaine.

 

Chapitres

  1. Comment devient-on supporter de football ?
  2. L’ultra, un supporter engagé
  3. Les autres franges du supportérisme
  4. Supporter, l’appartenance à une communauté
  5. L’image du supporter
  6. Violences : les raisons de la colère
  7. Le rapport aux autorités
  8. L’émergence des réseaux sociaux

 

L’avis de la rédaction

Avis de la rédaction9/10

 

Ce qui marque d’emblée lorsque l’on ouvre le livre, dès le sommaire, c’est la structuration de l’ouvrage. Alors que l’on aurait pu s’attendre à un séquençage géographique, permettant de vivre l’odyssée qu’ont vécue les auteurs, on se rend rapidement compte qu’il n’en est rien et que le livre est construit comme une réflexion globale où l’immersion dans les stades de France sert d’exemple dans les différentes démonstrations. La construction très régulière nous propose, peut-être pour rappeler les tambours rythmant l’ambiance dans tous les stades du monde, pour chacun des chapitres, un portrait d’un supporter, chacun d’entre eux étant touchant ou presque. Ce que j’ai trouvé particulièrement intéressant dans cet ouvrage est précisément le fait qu’il prend pour sujet d’étude l’ensemble des supporters en tentant de les analyser comme un même objet d’étude par-delà leurs différences manifestes. En ce sens, l’ambition du livre semble être de recréer la dichotomie existante dans tous les stades entre homogénéité (le fait de supporter un même club) et hétérogénéité (les pratiques différentes). Il ne me semble pas exagéré de voir dans les thèmes développés par les auteurs la volonté d’adopter une vision holistique du supportérisme en prenant soin de n’éviter aucun sujet, pas même ceux qui fâchent le plus (l’image des supporters, la violence, le rapport aux autorités, etc.). Il y a pour finir – et selon moi, je laisserais les auteurs me corriger si mon analyse était erronée – une forme de magnifique mise en abîme de ce qu’est un stade de football dans la manière dont est construit l’ouvrage. Le premier chapitre relatif à la transmission et le dernier chapitre relatif aux réseaux sociaux semblent mutuellement se répondre en bouclant la boucle en quelque sorte puisqu’il est aujourd’hui avéré que les réseaux sociaux peuvent jouer un rôle important dans l’identification à un club aujourd’hui quand par le passé la filiation familiale ou amicale était dominante. Mais si c’est un moyen de boucler la boucle, c’est également ce qui permet d’ouvrir vers d’autres horizons puisque c’est précisément cela que permettent les réseaux sociaux. Et qu’est-ce qu’un stade sinon un lieu clos capable de nous transporter ailleurs par la magie du football ?

Précision : la note donnée ne saurait être objective (je ne crois pas à l’objectivité) et ne reflète que mon avis.

 

 

Supporter, un an d'immersion dans les stades de football français

16€50
9

Intérêt football

9.0/10

Style

9.0/10

Accessibilité

9.0/10

1 thought on “Supporter, un an d’immersion dans les stades de football français [CRITIQUE]

  1. Il s’agit d’un livre très intéressant et qui se lit bien. Les petits bémols à apporter sont que l’auteur s’intéresse un peu trop aux supporters ultra et moins aux supporters « lamba » et qu’il insiste sur les violences de ces ultras.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :