Menu Fermer

1987, génération sacrifiée ? [CRITIQUE]

Votre avis sur ce livre ?
1987, génération sacrifiée ? Couverture du livre 1987, génération sacrifiée ?
Maxime Masson
Exuvie
24 Novembre 2020
190

Ils se nomment Akakpo, Benzema, Ben Arfa, Cesto, Costil, Ducasse, Mangani, Menez, Nasri, Riou, Thicot ou encore Yahiaoui. Ensemble, avec une dizaine d’autres adolescents, ils ont remporté le Championnat d’Europe U17 en 2004. Ces dix-huit gamins, pas encore majeurs, étaient tous promis à un grand avenir.

La Génération 87 était la plus talentueuse. Mais quinze années plus tard, les promesses n’ont pas été tenues. Au travers de cette galerie de portraits, ces sportifs et ceux qui les ont connus peignent le tableau d’un monde impitoyable : l’industrie footballistique. L’argent, l’entourage, les médias, les discriminations: aucun sujet n’est éludé. Pour comprendre comment ces gamins sont pour la plupart passés de génies à parias.

Critique

La génération 1987 est peut-être celle qui avait le plus de talent en son sein. En 2004, ces jeunes joueurs sont déjà sur les tablettes de la plupart des grands clubs européens, ou le seront très vite. Cette année-là, ils font partie de l’équipe de France victorieuse de l’Euro des moins de 17 ans qui se déroule en France.

Quinze ans plus tard, ils ont bien changé. Certains ne jouent plus, d’autres doivent se battre pour un contrat professionnel. Rares sont ceux qui ont eu la carrière à laquelle ils étaient destinés. Maxime Masson s’est demandé pourquoi. Pourquoi cette génération si talentueuse n’a-t-elle pas répondu aux attentes ? Dans quelle mesure cette génération a-t-elle eu la chance qu’elle aurait dû avoir ?

Car, avec cette génération, et c’est l’un des aspects qui ressort de cet ouvrage, tout est blanc ou tout est noir : un jour au sommet, le lendemain jeté dans la fosse aux lions ; un jour les plus forts, le lendemain des moins que rien ; des gamins surdoués, mais à l’égo surdimensionné. Difficile de faire la part des choses. Tout a été dit dans les médias à leur sujet ces dernières années. Alors, Maxime Masson a laissé la parole aux principaux intéressés. L’auteur a en effet discuté avec certains des acteurs du titre de 2004 afin de comprendre leur parcours et la psychologie qui entourait cette génération. Steven Thicot, Pierre Ducasse, Rémy Riou ou encore Thomas Mangani ont répondu à l’appel, tout comme Philippe Bergeroo, l’homme fort sans qui rien de tout cela n’aurait été possible. Unanimes à son sujet, ils vantent ses qualités d’entraîneurs et d’homme.

Ce sont peut-être les acteurs eux-mêmes qui ont le plus à dire au sujet de cette génération. Et on sent qu’ils ont pas mal de choses à dire, car personne ne leur a vraiment laissé la possibilité de s’exprimer jusqu’à aujourd’hui. La plupart sont d’accord pour dire que ce titre est sûrement ce qu’il leur est arrivé de plus beau dans leur carrière, mais ne désespèrent évidemment pas de connaître de plus grandes joies encore.

On se délecte de ces entretiens et de ces tranches de vie. Au-delà du retour sur leur tournoi de 2004, on peut y découvrir des trajectoires totalement différentes. Si l’on savait qu’une carrière de footballeur ne tenait parfois qu’à un fil, on en a ici une preuve indéniable. Tous savent qu’ils ont eu la chance de pouvoir remporter ce titre. Leur regard est quelque peu nostalgique à ce sujet, mais jamais pathétique. Ils sont simplement heureux de ce qu’ils ont pu vivre ensemble.

Plus qu’une réponse à la question posée par le titre, l’auteur s’est attaché à nous donner des questions, des interrogations sur cette génération, qui restera celle de cette victoire à l’Euro u17. Celle d’une génération bourrée de talent, qui aurait sûrement mérité mieux.

1987, Génération sacrifiée ?

18€50
8.5

Intérêt football

10.0/10

Style

8.0/10

Accessibilité

7.5/10

Pour

  • On en apprend beaucoup sur cette génération
  • Une belle plume

Auteur

Maxime Masson
Maxime Masson

Le sport a toujours rythmé ma vie. Ayant longtemps pratiqué des sports collectifs à un niveau obscur, j'ai finalement troqué les terrains herbacés et les parquets contre les bancs de la fac et l'événementiel sportif, les crampons vissés et la résine contre les stylos et les dossiers. Le sport comme école de la vie et générateur de lien social, voilà le credo qui m'anime depuis toujours, et qui régit encore aujourd'hui mon quotidien.

Le sport de haut niveau, ce sont surtout des histoires à raconter. J'ai toujours tenu en haute estime les sportifs professionnels, ces athlètes qui au prix de sacrifices ont fait de leur passion leur métier. C'est dans cet état d'esprit qu'avec des amis nous avons monté le projet UltimoDiez en 2015. Pour rendre accessible, analyser, transmettre. Consultant pour Radio Jeunes Reims, commentateur et audio-descripteur des matchs de la Coupe du Monde féminine 2019 et des matchs du Stade de Reims, je navigue sur mon temps libre de projet bienveillant en projet bienveillant. Parce que le sport continue de rythmer ma vie.

Par le même éditeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *