Menu Fermer

Autopsie [CRITIQUE]

Votre avis sur ce livre ?
Autopsie [CRITIQUE]
Titre: Autopsie
ISBN13: 9782755647518
Editeur:
Genre:
Thème:
Nombre de pages: 269
Publié: 15 octobre 2020
Étiquette:
3.6Note globale

Autopsie

"Sans Adil, on ne gagne pas la Coupe du monde". Paul Pogba Qui suis-je ? Quand je lis les journaux, je n'ai pas envie de me connaître. Je suis devenu un fait divers dans les tabloïds. Un ...

  • Intérêt Football
    3.2
  • Style
    3.5
  • Accessibilité
    4.0
  • Impression générale
    3.5

 

CRITIQUE

 

Une autobiographie de joueur. Pas souvent les livres de foot les plus intéressants. Adil Rami, un mec qui a l’air sympa mais qui traîne des casseroles. Bon allons-y, on verra bien.

Dans Autopsie, Adil Rami accompagné de Géraldine Maillet nous promet de se dévoiler, de faire son auto-critique, et de rétablir la vérité, sa vérité.

Adil Rami est franc et cru. Il est écrit comme il parle.

La première partie et la dernière du livre sont plus personnelles, il y évoque sa famille, son père qui quitte la famille alors qu’il est très jeune. Aujourd’hui il est devenu l’homme qu’il est sans lui. Son infidélité et d’autres comportements,  il les explique peut-être par là aussi.

La fin du livre recouvre une partie « people », avec des révélations notamment la rencontre avec Pamela Anderson son entourage, ses déboires etc., une partie qui plaira surement à une franche des lecteurs mais qui nous intéressera moins ici.

Ce qui nous intéressera bien sûr c’est le cœur du livre.

Tout commence après avoir travaillé à la mairie de Fréjus où il réparait des voitures, où il a connu la galère. Issu de famille modeste, il vivait dans un petit village où il avait l’impression qu’on l’empêchait de rêver. Ce mental qui le caractérise aujourd’hui, il l’a gagné dans les matchs de quartier. Il aurait pu mal tourner, et se laisser influencer par de mauvaises fréquentations mais heureusement pour lui, les choses ont fini par bien tourner dans le foot en arrivant en équipe première à Fréjus et ensuite à Lille (après un échec à Nice) où il aurait dû n’être qu’un grand-frère pour l’équipe espoir du LOSC en CFA. Mais là encore, à force de travail et de mental, il finit par se faire remarquer par Claude Puel qui l’intègre au groupe pro alors qu’il ne se sentait pas prêt mais il saura saisir sa chance.

Adil parle de ses entraîneurs, celui qui lui a donné le plus c’est Emery qu’il a connu à Valence et ensuite à Séville. Emery l’a fait passer du monde pro (à Lille) à l’élite européenne.

Adil Rami fait partie des joueurs qui a besoin d’un rapport affectif avec les entraîneurs. Cela influait sur ses performances. Si un entraîneur est humainement droit et juste il peut accepter d’être sur le banc.

Il avait plus de mal avec les entraîneurs plus faux, hypocrites il n’y arrivait plus et ne pouvait pas se battre, il cherchait l’affectif.

Par exemple il a été déçu à Milan qui était pourtant son club de rêve. Sa relation avec Seedorf était très bonne cependant sa relation avec Inzaghi fut très différente … et cela se ressentait dans son jeu et sa confiance.

Malgré plusieurs titres en club, une place en sélection à l’Euro 2016 et en Coupe du Monde 2018, son attitude cool et détachée a souvent joué en sa défaveur quand il fallait se souvenir de son palmarès.

Gagner des titres ce n’est pas si facile et il a presque toujours été titulaire dans les clubs où il est passé.

Dans le livre on apprend à quel point chaque moment qu’il a vécu dans sa carrière était liée à un moment de sa jeunesse. Adil est rieur et fait vivre le groupe qu’il soit avec ses amis ou en équipe de France.

Son rêve d’après-carrière c’est devenir acteur, il a besoin d’être dans la lumière et tout essayé depuis tout petit. La peur de la petite mort sans doute.

Avis de la rédaction

Ce livre, finalement, c’est une autobiographie, une autocritique mais aussi un mode d’emploi qui peut aider les jeunes qui vont toucher le monde pro, il y a beaucoup de prévention dans ses propos.

L’un des moments importants de ce livre c’est effectivement ce passage sur toutes les tentations que rencontrent des joueurs de foot dans leur carrière : les soirées, la drogue, les femmes, …

Adil montre l’importance de ses amis et de l’entourage pour rester dans un certain cadre et ne pas se laisser emporter. Cela se ressent lors des différentes interviews tout au long du récit qui apporte un éclairage différent des autres biographies que l’on rencontre souvent.

L’écriture parlée n’est pas trop désagréable et accélère le rythme de lecture. Les interviews tout au long du livre agrémentent les courts chapitres même si elles ne sont pas toujours des plus pertinentes.

Finalement, ça se laisse lire, ce n’est pas une « bête bio de footeux » comme on en lit souvent et cela permet de voir que des joueurs sont capables de réflexion parfois profonde et de remise en question. Une agréable surprise.

 

Critique par @michaelbeyaz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donner votre avis sur ce livre