Menu Fermer

Garrincha, la biographie [CRITIQUE]

Votre avis sur ce livre ?
Garrincha, la biographie [CRITIQUE] Garrincha, la biographie
Marcelin Chamoin
Biographie
Lucarne opposée
10 décembre 2020
Pour certains, il était l’Ange aux jambes arquées. Pour d’autres, il reste à jamais la Joie du Peuple. Aux côtés de Pelé, icône mondiale, Manoel Francisco dos Santos a laissé un surnom dans l’histoire du football, Garrincha, du nom de cet oiseau qui, selon les légendes, préférait se laisser mourir plutôt que de vivre en captivité. Avec ses dribbles, il est celui qui a fait de Botafogo l’un des grands clubs de son époque, il est surtout l’homme des deux premiers titres mondiaux du Brésil. Mais l’histoire de Garrincha est aussi celle d’un destin tragique, un destin qui fait de Mané un personnage romanesque.
Fruit de deux années de travail, mené notamment sur place entre Rio de Janeiro et Pau Grande, sa ville, cette biographie fait intervenir amis d’enfance, descendants, historiens et au-delà de raconter l’un des plus grands destins du XXe siècle, se veut aussi être la biographie la plus complète sur Garrincha écrite en langue française.

Critique

Il fût peut-être, bien plus que Pelé, le « plus brésilien » des joueurs, par sa capacité à dribbler pour son seul plaisir, son amour des femmes et de la fête. Il fût en 1962, vingt-quatre ans avant le triomphe mexicain de Maradona, le premier joueur à amener quasiment à lui seul son équipe nationale sur le toit du monde (Pelé s’étant blessé en début de compétition). Et pourtant… Garrincha demeure une énigme pour beaucoup de nos contemporains. Issu de cette dernière génération de joueurs n’ayant pas pu s’incruster dans les rétines et dans les mémoires par le biais de la télé en couleurs, l’ange aux jambes tordues demeure avant tout au XXIe siècle une légende justement parce que son nom recèle une part de mystère et de magie.

Partant de ce constat, Marcelin Chamoin, journaliste spécialiste du football brésilien au sein de Lucarne opposée a donc décidé d’écrire la biographie française de la « joie du peuple ». Fort d’un travail conséquent de documentation (notamment de statistiques en fin d’ouvrage, à une époque où elles n’étaient pas collectées comme aujourd’hui) et de recherche mené sur place, notamment à Pau Grande, le village natal de l’icône, l’auteur écrit une biographie relativement courte, mais très complète à laquelle il rajoute beaucoup de témoignages et de textes de l’époque.

La force de ce livre réside surtout dans sa capacité à briser les idées reçues : Garrincha n’a pas toujours été vue comme un génie (il a failli ne jamais faire carrière dans le foot) et n’a pas toujours reçu d’amour du peuple brésilien (sa relation avec la chanteuse Elza Soares alors qu’il avait déjà une femme lui a valu une haine féroce). Déjà anachronique à l’époque (on n’ose imaginer aujourd’hui), son physique disgracieux a longtemps été vu comme un obstacle légitime par les recruteurs des grands clubs de Rio. Et sa carrière au sommet fût finalement relativement courte.

Sorte de candide footballeur, la légende Garrincha réside justement sur cette image éternelle de grand enfant ne jouant au football que pour son plaisir que Marcelin Chamoin décrypte en séparant le bon grain de l’ivraie parmi les mythes entourant sa vie.

Ce livre est par ailleurs un tableau d’une époque du foot brésilien avec des faits qui paraitraient impensables aujourd’hui comme celui de préserver Garrincha dans certains matchs officiels pour lui permettre de disputer de lucratifs matchs amicaux.

Tout autant que le roman vrai d’une icône éternelle, cet ouvrage est un témoignage d’un football parfois romantique aujourd’hui disparu. A lire…

Critique par Didier Guibelin

Garrincha

20€
8.7

Intérêt football

9.0/10

Style

7.0/10

Accessibilité

10.0/10

Par le même éditeur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *