Menu Fermer

Monsieur Armand dit Garrincha

Votre avis sur ce livre ?
Monsieur Armand dit Garrincha
Serge Valletti
Librairie L'Atalante
27 janvier 2001
125

M. Armand dit Garrincha Comment monsieur Armand, joueur obscur du junior Olympique de Marseille, sauva la vie du plus grand footballeur brésilien, Manoel Francisco dos Santos, dit Garrincha, en refusant de l'affronter au Stade Vélodrome en Juin 1955, et comment par la même occasion il sauva toute l'équipe du Botafogo. Comment aussi il provoqua la mort de trente-quatre médecins automobilophiles lors du terrible accident des Vingt-quatre heures du Mans le 11 juin 1955 à 18 h 28. Sixième solo Où vont les personnages quand les acteurs sortent de scène ? Yorick, le bouffon qui berçait Hamlet quand il était petit, n'a pas digéré sa propre mort, il ne s'est jamais résolu à ne plus faire rire personne. Depuis, déguisé en marié, il hante les enterrements pour y rencontrer des hommes morts de rire. Il était donc logique qu'il se retrouve un beau jour au Mexique, transformé en sac à palabres, le cerveau fiévreux attaqué par des vers de mescal et poursuivi dans les rues par des squelettes de mimes.

Fiche info du livre

Monsieur Armand dit Garrincha

Serge Valletti

978-2841721603- 27 janvier 2001 – EUR 10,90

L’Atalante

 

Résumé : 

M. Armand dit Garrincha Comment monsieur Armand, joueur obscur du junior Olympique de Marseille, sauva la vie du plus grand footballeur brésilien, Manoel Francisco dos Santos, dit Garrincha, en refusant de l’affronter au Stade Vélodrome en Juin 1955, et comment par la même occasion il sauva toute l’équipe du Botafogo. Comment aussi il provoqua la mort de trente-quatre médecins automobilophiles lors du terrible accident des Vingt-quatre heures du Mans le 11 juin 1955 à 18 h 28. Sixième solo Où vont les personnages quand les acteurs sortent de scène ? Yorick, le bouffon qui berçait Hamlet quand il était petit, n’a pas digéré sa propre mort, il ne s’est jamais résolu à ne plus faire rire personne. Depuis, déguisé en marié, il hante les enterrements pour y rencontrer des hommes morts de rire. Il était donc logique qu’il se retrouve un beau jour au Mexique, transformé en sac à palabres, le cerveau fiévreux attaqué par des vers de mescal et poursuivi dans les rues par des squelettes de mimes.

 

Intéressé par ce livre ?

Voici le lien Amazon pour le commander et soutenir ce site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *