Menu Fermer

Nos années en Vert: Saint-Etienne 1976 – les joueurs racontent [CRITIQUE]

Votre avis sur ce livre ?
Nos années en Vert: Saint-Etienne 1976 - les joueurs racontent
Jean-Michel Larqué & Hugues Berton
L'artilleur
13 avril 2016
272

Quarante ans après la fameuse finale de Coupe d'Europe de 1976, le «capitaine Larqué» raconte ses années extraordinaires à Saint-Etienne. De l'arrivée au club en provenance de son Béarn natal jusqu'à ses plus beaux souvenirs sportifs et humains, il dit l'attachement viscéral qu'il porte à ce club authentique et populaire. Il interroge aussi ses coéquipiers et ensemble, ils font le récit de leur amitié, de leurs débuts, de leurs grandes saisons sportives et de leur légendaire épopée européenne. Anecdotes étonnantes, choses de la vie sportive mais aussi de la vie privée, tous ces garçons issus des classes moyennes ou du monde ouvrier brossent, à travers le récit de leurs rêves de foot, de leurs souffrances et de leurs sacrifices, un portrait vivant de la France et du sport des années 1970 où les solidarités étaient encore profondes. Tous n'avaient qu'un seul objectif : faire honneur au maillot vert, le maillot d'un club qui ne ressemble à aucun autre !


Fiche info du livre

Nos années en Vert: Saint-Etienne 1976 – les joueurs racontent

Jean-Michel Larqué & Hugues Berton

978-2810007035 – 13 avril 2016 – EUR 17,90

L’artilleur

 

CRITIQUE

Quelques jours après l’anniversaire de Jean-Michel Larqué, me vient l’envie de découvrir un peu plus en détail l’histoire de la légende des verts.

Ce n’est pas ma génération, pas mon équipe de cœur, même pas mon pays d’origine, les faits d’armes de Saint-Etienne sont plutôt rares depuis que je suis en âge de m’intéresser et pourtant j’ai toujours entendu parler de la légende des Verts de Sainté.

le coq sportif - Revival St Etienne 76 - Made in France

Jean-Michel Larqué, je l’ai découvert gamin comme co-commentateurs des Coupes du Monde avec Thierry Roland et tout jeune à l’époque, de ma Belgique natale, j’ignorais que ce Monsieur avait été footballeur, qu’il avait été bon voir très bon et qu’il était le Capitaine de cette belle génération. C’est plus tard évidemment que j’ai vu, lu et découvert qui il était.

Alors ‘Nos années en vert’ c’est un livre que j’ai eu envie de lire pour apprendre tout simplement. Sans savoir vraiment si ça me plairait. Mais surtout avec l’envie de découvrir et comprendre pourquoi 44 ans plus tard on en parle encore de cette épopée. Était-ce si important que les poteaux soient carrés à Glasgow ? Contre qui ils ont joués tout au long de leur parcours ? Hors-mis Jean-Mimi, y avait qui dans cette équipe ?

Captain’ Larqué comme on le surnomme, nous propose de partir à la rencontre de 16 joueurs qui ont vécus cette épopée jusqu’à la finale malheureuse de la Coupe d’Europe des Clubs Champions contre le Bayern Munich en 1976.

Christian Sarramagna s'impose de la tête devant Udo Horsmann

Les chapitres :

  • Préface
  • Les matchs de l’épopée de 1976
  1. Je sens battre le cœur de Saint-Etienne
  2. Christian Lopez : « J’ai vécu des choses hors du commun »
  3. Oswaldo Piazza : « A la télé, les Verts ont créé le grand feuilleton du mercredi soir »
  4. Patrick Revelli : « Nos rapports étaient bâtis sur l’amitié »
  5. Alain Merchadier : « Il s’est passé quelque chose d’irrationnel »
  6. Dominique Bathenay : « Saint-Etienne a redonné le moral aux Français »
  7. Pierre Repellini : « Nous méritions de gagner ! »
  8. Christian Sarramagna : « 1976 fut avant tout une grande aventure humaine »
  9. Christian Synhaeghel : « Je vivais chaque match comme un rêve »
  10. Dominique Rocheteau : « On formait une équipe sympathique qui représentait la France »
  11. Gérard Farison : « On redorait le blason du foot tricolore »
  12. Gérard Janvion : « Nos couleurs étaient le symbole de notre combat »
  13. Hérvé Revelli : l’apothéose d’une génération
  14. Ivan Curkovic : « Cette décénnie 1970 n’a pas de prix »
  15. Jean-Marc Schaer : « C’était une équipe de copain »
  16. Jacques Santini : « Nous venions de la base »
  • Epilogue – 1976-2016, de capitaine à capitaine (conversation entre Jean-Michel Larqué et Loïc Perrin)

Saint-Etienne: 40 ans après les maudits poteaux carrés - L'Express

Avis de la rédaction :

Disons-le tout de suite, nous avons aimé ce livre. Ce n’est pas le livre de l’année, ce n’est pas révolutionnaire mais c’est simple, efficace, agréable, cela fera découvrir des choses à certains ou remémorera des bons souvenirs à d’autres.

Après l’intro pleine de sincérité de Jean-Michel Larqué et la rétrospective du parcours de 1976 de l’ASSE, chaque chapitre laisse la parole à un joueur différent. Jean-Michel Larqué se charge de présenter le joueur et son avis sur celui-ci, ensuite chacun des protagonistes de ce parcours européen retrace son parcours en équipe de jeune jusqu’à l’équipe première, le moment de sa découverte par Pierre Garonnaire, le directeur sportifs de l’époque, leurs vies en solitaire dans cette ville minière de Saint-Etienne, leurs doutes, leurs moments de gloire, leurs souvenirs surtout. Le tout agrémenté de quelques commentaires de J-M Larqué.

On y apprend que lorsque Robert Herbin qui avaient terminé sa carrière de joueur et pris les rênes de l’équipe, imposa une nouvelle forme d’entrainement basé sur la condition physique pour réduire l’écart avec les autres pays. Que les plus anciens, qui avaient joué avec Robert Herbin ont pris leurs responsabilités pour former une équipe soudée et s’assurer de la bonne intégration des plus jeunes vainqueurs de la Gambardella 2 ans plus tôt (Santini, Merchadier, Lopez, P. Revelli, Sarramagna, …) et quelques renforts externes (Curkovic le gardien et Oswaldo Piazza l’ailier devenu défenseur).

Finale de Coupe d'Europe 1976 Saint Etienne-Bayern de Munich

La faute des poteaux carrés est vite éliminée par les joueurs qui ne sont pas aussi chauvin pour clamer hauts et forts qu’ils auraient gagnés sans cela. Le parcours n’est pas enjolivé et la défaite 2-0 du match allez à Kiev est vécu comme un soulagement tant le score aurait pu être plus sévère. Le match retour est raconté comme un exploit où la chance joua son rôle également.

Le livre est agréable et les portraits des joueurs sont sincères, parfois dures, parfois maladroit mais toujours enrichissant.  Seuls bémols la structure similaire pour chaque joueur fini par lasser et le 15-ème et 16-ème portait finissent par être deviné avant d’être lu mais cela reste intéressant.

Finalement ce qu’il reste de cette lecture, c’est qu’on découvre pourquoi la France s’est attaché à cette génération de gars normaux, loin des stars bling d’aujourd’hui. Des mecs simples, parfois issues de famille très modeste qui joue dans le club d’une ville minière, noires, loin de la côte d’Azur, de la Capitale. Des mecs qui gagnaient bien leur vie mais n’étaient pas dans l’excès. Ils restaient sympas, abordables et correspondaient au public des Verts fait d’ouvriers de Monsieur et Madame Tout le monde et l’épopée des Verts s’est transmises de génération en génération. En dehors de Saint-Etienne, il faut rappeler que la France du football est au plus mal. La sélection Française n’a plus connu les joies d’une coupe du monde depuis 1958, les parcours européens sont rares et courts. Le contexte politique et économique est dur. Le parcours des Verts qui arrivent en finale de cette Coupe d’Europe des Clubs Champions est donc une bouffée d’oxygène dans cette grisaille. Et le temps à forgé la légende.

ASSE : St-Etienne-Kiev, le beau cadeau de la télé au Peuple Vert - Foot 01

Nos années en Vert: Saint-Etienne 1976 - les joueurs racontent

17.90€
7.3

Intérêt football

7.5/10

Style

6.5/10

Accessibilité

8.0/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *