Menu Fermer

Des escapades rouge et noir [CRITIQUE]

Votre avis sur ce livre ?
Des escapades rouge et noir
Titre: Des escapades rouge et noir
ISBN13: 9782491436568
Editeur:
Genre:
Publié: 8 avril 2022
Étiquette:
Catégories: , ,
Prix: 9€
C'est en mémoire de son père, qui écoutait chaque week-end les matches du stade Rennais en direct à la radio, que Jacques Josse a bâti son récit. Il raconte comment cet homme taciturne, qui s'octroyait, comme tant d'autres en Bretagne, dans les années 60-70, d'étranges escapades rouges et noires sans quitter son domicile, lui a, au fil du temps, transmis le flambeau. Le voici désormais dépositaire de nombreux souvenirs (qu'il se doit de retranscrire) et observateur d'une histoire qui continue de s'écrire, celle d'une équipe qu'il suit à sa manière, en vibrant avec les supporters. Il les rencontre, les écoute, les côtoie dans les bars, les commerces, les rues, les zones industrielles en montrant combien le cÅ“ur de la ville, où il habite depuis plus de quarante ans, bat certains soirs un peu plus fort que d'habitude. Originaire des Côtes d'Armor, Jacques Josse vit à Rennes. Il est l'auteur de plusieurs livres, poèmes, récits ou romans, notamment "Marco Pantani a débranché la prise".
4.1Note globale

Des escapades rouge et noir

Médiapop éditions a pris le parti de réaliser des escapades dans bon nombre de clubs historiques français, aux quatre coins de l’hexagone. Les rouges et noirs du Stade rennais n’ont donc pu ...

  • Intérêt Football
    3.5
  • Style
    4.5
  • Accessibilité
    4.0
  • Impression générale
    4.5

Médiapop éditions a pris le parti de réaliser des escapades dans bon nombre de clubs historiques français, aux quatre coins de l’hexagone. Les rouges et noirs du Stade rennais n’ont donc pu échapper à la règle et Jacques Josse, écrivain à la plume affûtée, s’est fait un plaisir de pouvoir y glisser quelques mots. « Des escapades rouge et noir », tel est le titre de ce voyage dans les souvenirs de cet amoureux du club, nous partageant les débuts de cet amour naturel transmis par son père. Le livre est découpé en une dizaine de petits chapitres que l’on dévore comme le faisait si bien John Utaka côté Vilaine face à ses adversaires sans défense. Des textes qui semblent venir du cœur de l’auteur, qui n’hésite pas à nous faire entrer, non sans prudence, dans son intimité. Lors des moments de joie, sa plume s’emballe et les mots fleurissent, viennent tapisser notre esprit :

« Nul ne sait si ce jour fera date, s’il faudra, bientôt, le marquer d’une pierre blanche. En attendant, en ce samedi 27 avril 2019, il y a de la fébrilité dans l’air. Des mèches lentes, discrètement reliées entre elles, ne demandent qu’à s’enflammer. Invisibles à l’œil nu, elles patientent, à l’abri à l’intérieur des êtres, au travail, au bistrot, au bureau, dans les usines, les commerces, les quartiers, les rues, les bus, les rames du métro. Il suffirait d’un briquet, d’un zip, d’une mise à feu pour que les broussailles crépitent, pour que les murs s’illuminent, pour que l’intranquillité soit enfin levée et que les cœurs retrouvent leur légèreté. »

L’auteur nous amène avec lui dans sa passion, presque à distance. La puissance de la radio, des gens qu’il croise, qu’il observe. Nous déambulons dans la capitale bretonne au fil des mots, au fil de l’eau. Un livre avalé aussi vite que les deux bières commandées place de la mairie sous un grand soleil. 64 pages et c’est presque dommage. La mélancolie règne en maître dans cet ouvrage, où chacun peut s’y retrouver facilement, au détour d’une page qui nous parle tout bas. Au fur et à mesure que nous avançons avec l’auteur de ces lignes délicieuses, nous avons l’impression de marcher avec un ami, un collègue. Certainement une histoire, encore une, de lien en rouge et noir.

 

Critique par Jean-Félix Juguet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Donner votre avis sur ce livre